Team225 Dot Net Tamtam  Ivory Coast Cacao
Dans son Avant-propos du rapport annuel de la Banque mondiale sur la Côte d’Ivoire, Pierre Laporte, Directeur des opérations pour la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso et le Togo dresse un tableau alarmant qui exige des décisions immédiates pour corriger les défaillances causées par la gestion désastreuse de la filière Cafe-Cacao et le manque de vision des autorités ivoiriennes.

Ci-dessous les propos de Pierre Laporte

« Je veux les assurer que nous continuerons à veiller à offrir le maximum possible pour leur bien-être »
c’est ce que déclarait le président de la République, Alassane Ouattara, en s’adressant à ses « parents
paysans » dans son discours du 1e janvier 2019. C’est dans cette vision que s’inscrit ce neuvième rapport
sur la situation économique en Côte d’Ivoire.

Après avoir rappelé que l’économie ivoirienne reste performante en 2019 et que les perspectives
sont favorables, ce rapport s’intéresse à la problématique de la filière cacao qui reste un des piliers
de l’économie ivoirienne. Cette filière occupe plus de 5 millions de personnes, soit le cinquième de
la population, et constitue de loin la principale source de devises puisqu’elle représente près de 40 %
des exportations de marchandises du pays. Malgré des progrès, la majorité des producteurs de cacao
demeure cependant pauvre et l’économie ivoirienne n’a pas encore été capable d’accroître sa part dans
les rentes générées par les ventes de produits chocolatiers dans le monde.

Plusieurs pistes sont offertes pour que la filière du cacao puisse devenir ce vecteur de croissance et de
lutte contre la pauvreté que la Côte d’Ivoire est en droit d’espérer. Ces pistes s’inscrivent dans la logique
de la Déclaration d’Abidjan co-signée par la Côte d’Ivoire et le Ghana en juin 2018. A l’instar de ce qui
avait été fait dans les rapports précédents, les pistes proposées cherchent à stimuler le débat parmi les
nombreuses parties prenantes de la filière du cacao, pour qu’elles parviennent ensemble à identifier les
priorités et à définir un plan d’actions.

Je voudrais conclure en soulignant l’urgence d’agir car le monde du cacao est en train de vivre plusieurs
mutations profondes comme le réchauffement climatique, la déforestation et les exigences accrues
des consommateurs qui imposent rapidement un cacao socialement et environnementalement
responsable. Si ces mutations, bousculent le statu quo, elles représentent aussi une formidable
opportunité pour que la Côte d’Ivoire adopte les réformes qui l’aideront à se transformer afin d’atteindre
l’émergence économique le plus rapidement possible.  


Pierre Laporte, Directeur des opérations pour la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso et le Togo

5 JUILLET 2019 | Situation économique en Côte d’Ivoire -   Juillet 2019

Le Rapport Complet (PDF)

Source: CotedIvoire.be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.